Lespritmusee

L'art à la portée de tous

La technique de la fonte à la cire perdue.
Principe:
Le principe de la fonte à la cire perdue consiste à faire pénétrer du métal en fusion à l'intérieur d'un moule réfractaire, après avoir préalablement fait fondre le modèle en cire qu'il contenait. Deux cas peuvent se présenter : soit la fonte entraîne la destruction du modèle original en cire (fonte directe) ; soit le modèle est épargné, afin d'éviter un accident de fonte ou de réaliser plusieurs exemplaires (procédé indirect). Dans ce cas, un mouleur réalise un moule réutilisable ( à bon creux ), à pièces, sur le modèle original. Pour les volumes complexes, il est obligé de couper le modèle afin de faciliter le moulage. Dans ce moule, on coule de la cire liquide, et/ou on l'applique au pinceau, et/ou on dispose des galettes de cire.
Préparation du moule:
Le sculpteur retouche la cire, supprime les joints du moule et précise les détails. À l'intérieur du moule garni de la cire, on dispose un noyau, parfois maintenu par une armature. Sur la cire, on dispose des bâtonnets de cire afin de réaliser un réseau capable de faire couler la cire (égouts), d'évacuer air et gaz (évents ) et d'alimenter en métal (jets). La cire est ensuite enveloppée du moule de potée et des aiguilles peuvent traverser moule et cire pour maintenir le noyau. À 200-300 degrés, la cire liquéfiée s'évacue par les égouts qui seront bouchés. Sa disparition libère l'espace entre le moule et le noyau et détermine le réseau d'alimentation. Le moule et le noyau sont ensuite étuvés, puis refroidis lentement.
Fonte proprement dite:
Le métal en fusion est alors coulé. La composition est variable. Le bronze, constitué de cuivre avec un pourcentage faible d'étain, est rare en France, remplacé par des alliages complexes, souvent quaternaires par l'ajout de plomb et de zinc. La composition est d'autant plus empirique qu'une partie du métal provient de refonte et que les métaux ne sont pas purs. Les variations de l'alliage déterminent la couleur (du jaune au rouge), la coulabilité, la résistance ou la facilité du travail à froid. Après refroidissement, le bronze est sorti du moule.
Finitions:
Un premier travail permet de couper et de limer les jets, égouts et évents, d'enlever la croûte, de boucher les trous et les porosités, de couper les armatures. Puis suit la ciselure qui peut reprendre des détails, unifier des surfaces ou les animer. Les parties fondues séparément ou certains accessoires sont assemblés. Le métal s'oxyde avec le temps et se couvre d'une patine naturelle. Des patines artificielles sont passées en surface. Leur composition et leur couleur (huile, noir de fumée, laque, vernis) varient selon les recettes et les goûts.
Aucun commentaire
Ajouter un commentaire
Pseudo
Email (facultatif)
Commentaire
Copier lꞌimage